Margot Lecarpentier

Celle qui était féministe

Si vous vous intéressez à l’univers des cocktails vous connaissez sûrement Margot Lecarpentier, ou Margot.combat sur Instagram ! Celle qui a donné un coup de projecteur aux femmes derrière le bar nous fait l’honneur de répondre à nos questions. Portrait d’une magicienne des cocktails à la casquette d’entrepreneur.

©Christophe Meireis

Le rêve américain.
En 2012, Margot vit à New York où elle démarre sa carrière dans le droit, lorsqu’elle découvre le monde de la dégustation et des spiritueux : une passion est née. 

Lorsqu’elle rentre en France, elle cherche à travailler dans un bar à cocktails. La chance lui sourit ; c’est le super Experimental Cocktail Club qui lui ouvre ses portes. Le pionnier du cocktail à Paris la forme “j’ai rapidement intégré l’équipe derrière le bar où on m’a tout de suite fait confiance”. 

Là-bas, elle apprend beaucoup, fait ses premières créations…Et commence à imaginer Combat, le bar qu’elle ouvre en 2017.

Animée par la volonté d’entreprendre depuis déjà plusieurs années, elle sait que les milieux du cocktail et du bar seront ses terrains de jeux.

Du nouveau derrière le comptoir.
En ouvrant Combat au coeur de Belleville, Margot donne vie à son concept de « bistrot cocktail », un lieu atypique où on déguste des cocktails bien ficelés dans un cadre populaire, le plus inclusif possible, ouvert à tous.tes et bienveillant.

Avec Combat, ce bar que nous affectionnons particulièrement chez Distilleuses, Margot souhaite développer la culture cocktail dans le quartier parisien de Belleville. A l’époque ce n’est pas commun dans cet arrondissement.

L’ouverture du bar ne se fait pas sans encombre. Combat est un bar à cocktail au féminin qui effraie les banques… Après de nombreux refus, c’est une femme, Stéphanie, qui croit en Margot et la finance, devenant une véritable alliée pour Margot. 

Combat figure parmi les meilleurs bars à cocktails de Paris, et Margot est une des grandes mixologues français.es. Forte de son succès, elle lance en juillet 2020 son deuxième établissement : Capitale, toujours à Belleville.

Capitale a la même ambition mais avec une offre de journée. Capitale est un lieu hybride tant dans son offre que dans son décor. Absolument tout ce qui compose Capitale est de seconde main. L’empreinte écologique a été réduite au maximum pour la création de ce lieu. Quand au menu de boissons, il est très éclectique et surprenant et peut convenir à tous les goûts et régimes alimentaires. Il se destine aux amateurs de cocktails avec et sans alcool, les amoureux du café ou non avec une liste de boissons chaudes très variée, et des boissons froides qui ne se résument pas aux seuls sodas, mais à des boissons lactées shakées, des cocktails NO and LOW, une fine sélection de bière…. »

Capitale dispose aussi d’une cuisine, où sont servies des assiettes du matin au soir (de 9h30 à 17h30), du sucré et du salé en continu. Chez Distilleuses, on ne peut que vous conseiller le croissandwich et le toast ricotta & coco de Paimpol.

L’as des cocktails.
La cuisine joue d’ailleurs un rôle particulier dans la vie de Margot. Elle y puise son inspiration pour élaborer des cocktails, et va souvent au restaurant !

En matière de spiritueux, il n’y a pas de limite à sa création. Alors même si elle aime particulièrement déguster whisky, calvados, rhum ou tequila, pour l’élaboration des cocktails elle n’a pas de préférence !

Si elle est l’experte numéro uno des cocktails, elle n’en fait pas une boisson élitiste. Aujourd’hui en France, le cocktail s’est beaucoup popularisé, il est sorti des bars à cocktails, « ce qui est une bonne chose ». Comme tout le monde s’essaye aux cocktails elle a lancé une série de tutoriels-recettes sur Instagram, dans l’objectif de démystifier la mixologie et de rendre la création de cocktails accessible au plus grand nombre. 

D’ailleurs on lui a demandé quelques conseils si vous voulez vous lancer dans la confection de cocktails maison. Pas avare en partage, voici sa réponse :
La clé c’est “L’équilibre. Si le sucré et l’acide sont bien balancés, alors on peut mettre ce qu’on veut dans un cocktail, et surtout tout ce qu’on aime. Il faut se faire confiance, et mélanger à doses homéopathiques. Plus on mesure en quantités réduites et précises, plus on est capable d’équilibrer son cocktail et de le reproduire. On n’oublie pas de goûter tous ses ingrédients avant puis le mélange à toutes les étapes de la création du cocktail, c’est comme ça qu’on apprend et qu’on rectifie.”

« Future is female ! J’ai hâte. »

Margot lecarpentier


Entreprendre au féminin.
Derrière le travail de l’entrepreneuse, il y a bien plus que la création de cocktails. Véritable cheffe d’entreprise elle tire sa plus grande fierté “d’avoir une équipe fidèle, forte et tellement joyeuse autant à Combat qu’à Capitale. J’y pense au quotidien ! Je suis tellement chanceuse d’avoir des personnes aussi incroyables qui m’accompagnent au quotidien, c’est dingo !”

On sait combien être une femme rend la tâche complexe dans cette industrie. Positive, elle espère que les inégalités s’amenuiseront dans le futur, tout comme nous 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :